14/12/2006

C'est parti !

processeur

Le processeur va chauffer pendant un mois ... Parmi les applications gourmandes en ressources, il y a évidemment le traitement de son logiciel (Sound Solution) et l'encodeur (Oddcast). Il faut y ajouter le logiciel de diffusion (Jazler) et le lecteur Winamp assorti d'un plugin Line-in qui permet de repiquer le son en provenance du logiciel de diffusion pour le traiter ensuite.

23:26 Écrit par Tuner Team dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : webradio |  Facebook |

Envoyer le son: Oddcast

image002Le fondement même d'une webradio, c'est de pouvoir transporter (presque) en temps réel le son d'un bout à l'autre de la planète. Dans notre post précédent, nous évoquions le fait d'envoyer le son à un prestataire qui se charge ensuite de la partie "broadcast", la multiplication des canaux de diffusion.

Il existe différentes techniques, outils et plugins pour réaliser cette partie. Notre choix s'est très clairement porté sur Oddcast pour sa facilité d'utilisation: un mot de passe, une sélection du type d'encodage, un serveur et c'est parti ! Et en plus, ça marche ;)

18:01 Écrit par Tuner Team dans Technique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : oddcast, webradio, streaming |  Facebook |

13/12/2006

Traiter le son: le miracle s'appelle Sound Solution

Sound Solution



Il n'y a rien de plus gênant qu'un son plat et sans âme. Et c'est sans compter sur le niveau qui fluctue bien souvent d'un titre à l'autre. La plupart des radios professionnelles disposent d'un traitement de son coûteux et géré par un équipement indépendant. Le plus connu reste l'IDT, utilisé notamment par Radio Contact, NRJ, Radio FG, MCM, ... Aujourd'hui, l'IDT passe également à l'ère du tout numérique, avec des processeurs logiciels gérés par un serveur.

Un italien quant à lui produit des miracles pour de nombreuses radios locales et webradios, en ayant développé un processeur audio multibandes. Sound Solution est disponible gratuitement et offre une réelle alternative à un processeur audio professionnel. Il est à la fois:
- Compresseur/Expandeur/Limiteur multibande
- Gated AGC (Gated Average Gain Control, contrôle l'acousituqe de manière à avoir un niveau constant rapproché du volume)
- Extenseur stéréo (pour donner plus de dimension au son)
- Dual band output limiter/compressor/clipper (permet de "lisser" l'acoustique)
- Bass Equalizer
- Built in preemphasis 50-75uS generator and lowpass antialias filter - les explications deviennent trop techniques à ce stade en ce qui me concerne, mais en gros, il s'agit d'un filtre qui permet de standardiser le son à certaines fréquences. Vous trouverez toutes les explications détaillées sur les pages d'explication de Sound Solution.

Le principal défi est ensuite de pouvoir régler un son. Heureusement, ce fabuleux outil est fourni avec une série de préselections. Pour notre part, le son est réglé de manière à s'adapter aussi au type d'encodage. Nous avons en effet constaté ce soir qu'un réglage qui convient à un stream AAC+ de 80Kbps ne convient pas spécialement à un stream MP3 de 128Kbps. Encore quelques réglages donc à réaliser ...

00:09 Écrit par Tuner Team dans Technique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : webradio, streaming, son |  Facebook |

10/12/2006

Streaming pour les nuls ...

streamingOublions un peu les différentes démarches administratives, et plongeons au coeur même du fonctionnement d'une webradio. Avant d'aborder des aspects plus techniques, il me semble important d'aborder ou de rappeler en détail le principe fondamental d'une webradio: le streaming. Les initiés peuvent probablement zapper ce post, ou mieux encore, le commenter ;)

Le streaming est le processus d'envoi d'un flux audio (ou vidéo) sur internet. Le flux audio que nous produirons doit être encodé, transporté, et surtout décodé en temps réel par un lecteur audio. A l'inverse, un fichier MP3 classique doit être téléchargé complètement avant de pouvoir l'écouter, et a une durée limitée, un début et une fin.

Le flux doit donc pouvoir être décodé par les principaux lecteurs: Windows Media, Real Media, Quicktime ou Winamp.

Un streaming peut aussi contenir plusieurs bandes passantes, permettant de garantir à l'utilisateur la possibilité d'écouter indépendamment de sa vitesse de raccordement. Mais dans tous les cas de figure, la source doit posséder une bande passante suffisante (ADSL avec un upload de 256K minimum). Pour émettre un flux audio 24h/24, 7j/7, votre PC de diffusion sera donc branché et connecté en continu. Dans le cadre d'une ligne ADSL, une interruption du service est prévue toutes les 36 heures. Fort heureusement, la plupart des routeurs actuels gèrent cette interruption de manière pratiquement transparente, mais aussi courte soit-elle, elle génère parfois des erreurs au niveau des applications streaming. Il faudra donc en tenir compte (nous aurons l'occasion d'y revenir en détail).

Enfin, le flux génère du traffic. Dans la plupart des cas, le traffic des lignes ADSL résidentielles est limité à 20, voire 10Gb. C'est également un élément dont il faut tenir compte si l'on veut éviter l'interruption du flux audio à cause d'un dépassement de volume de transfert autorisé.

Pour être transporté jusqu'au lecteur audio, le flux doit idéalement passer par un serveur de streaming. On pourrait soi-même assurer cette fonction de transport si vous possédez suffisamment de bande passante, mais chaque auditeur en consommera une partie. Un rapide calcul peut vous monter que la multiplication d'auditeurs peut faire exploser un quota ou une bande passante trop limités: 128k * 25 auditeurs = 3,2Mo. Cela peut poser des problèmes de sécurité, puisqu'une porte doit être ouverte afin de permettre à vos auditeurs d'accéder à votre flux. La solution idéale consiste donc à faire appel à un prestataire auquel vous envoyez le flux original et qui se chargera de la partie broadcast (la multiplication de flux).

Les fournisseurs de service streaming sont relativement nombreux: les plus connus sont Live365, Radiostreamer, TV-Radio.com. Des opérateurs tels que notre historique Belgacom proposent également des solutions professionnelles (Belgacom transporte par exemple le flux audio des principales radios flamandes). Pour notre part, c'est la société liégeoise GJM Médias, gestionnaire notamment de Zone 80, qui va prendre en charge le streaming.

En résumé, nous avons besoin:- d'un fournisseur de solutions streaming
- d'une application qui permettra l'encodage et le transport du flux original vers le fournisseur streaming
- d'une bande passante et d'une garantie de connexion suffisante pour assurer la qualité du streaming.

Il s'agit enfin de sélectionner le format qui sera utilisé. Vu le caractère éphémère, et l'importante pénétration de l'ADSL en Belgique, notre choix se porte sur un stream MP3 en 128k. Il nous reste donc à configurer l'environnement complet.

11:06 Écrit par Tuner Team dans Technique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : streaming, webradio, mp3 |  Facebook |

02/12/2006

"Il est midi" ... ou pas ?

topheure

La question du week-end: faut-il ou non ajouter le traditionnel top-horaire ? Ominiprésente sur la bande FM, l'annonce de l'heure rythme les journées et les émissions. Le top-horaire détermine à lui seul la couleur d'une radio. Mais il empêche parfois la diffusion de l'intégralité d'un titre ...

01:04 Écrit par Tuner Team dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : webradio |  Facebook |

30 minutes .. ou 3 mois pour créer sa webradio

quelboulotForce est de constater que les démarches administratives à entreprendre ont été largement sous-estimées. Cela contraste véritablement avec la culture du net, où tout semble rapide et accessible instantanément. Si en théorie, 30 minutes peuvent suffire pour diffuser son programme dans le monde entier, la législation - dont l'audiovisuel, pour notre part,  dépend de la Communauté Française de Belgique -  est telle qu'il est préférable de prévoir un délai de 2 mois. C'est ainsi que pour que votre demande d'autorisation soit jugée recevable, il vous faudra un numéro d'inscription au registre des personnes morales. Pas question donc d'introduire une demande en tant qu'individu, et des démarches sont dès lors nécessaires pour créer, par exemple, une ASBL ou autre société commerciale.

 

Mais ce n'est pas tout: il a fallu obtenir une autorisation préalable pour l'utilisation du répertoire musical, prévoir un plan financier, une description des tâches, un réglement interne relatif à l'objectivité dans le traitement de l'information (ce n'est toutefois pas obligatoire pour les ASBL), et imaginer précisément la manière dont le programme sera structuré et mis en "onde". Les délais prévus initialement sont longs: la procédure d'autorisation prévue par le décret évoque un délai de 1 à 3 mois. Et finalement une webradio associative sans grande prétention doit suivre, à peu de choses près, la même procédure et entreprendre les mêmes démarches que Bel RTL. Le problème majeur réside probablement dans le fait que la législation ne tient pas compte de la spécificité du net, qui est ici considéré comme un moyen de diffusion identique au DAB ou aux opérateurs numériques (Belgacom TV, cablo-distributeurs, etc).

 

Autant vous dire qu'il a fallu boucler ce dossier dans un temps record, ce qui explique la difficulté de mise à jour de ce blog ;) Et forcément, le projet a été remis en question.

 

Ce week-end sera également consacré à la préparation complète du serveur de diffusion, au montage de jingles (sur la voix de Maxence Lacombe, cela promet quelques heures somptueuses)  et à la poursuite de l'encodage des titres sélectionnés.  L'objectif est en effet de pouvoir bénéficier d'une période d'essai d'une semaine pour parfaire le programme avant le lancement définitif.

 

00:23 Écrit par Tuner Team dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : csa, asbl, audiovisuel, webradio |  Facebook |

27/11/2006

 Les 500 meilleurs titres de l'année .. doivent être encodés!

jazler_screenshot

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Dans le cadre d'une webradio musicale, l'encodage des titres est très certainement la tâche la plus conséquente. Avant de s'y atteler, il est important d'avoir une vue globale sur la structure de la programmation: la cible et la musique diffusée seront-elles différentes en fonction du moment de la journée, de la semaine ou du week-end ? Il faut tenir compte - encore une fois- des quotas imposés par le CSA. A partir de là, il faut catégoriser les oeuvres musicales.
 
En ce qui nous concerne, nous avons simplifié le classement et choisi 7 catégories principales:
 
- Pop
- Rock
- Dance
- Slow
- French
- R&B
- House
 
Le logiciel permettant de sélectionner plusieurs catégories, un titre peut être à la fois Pop et Rock, French et R&B, ou encore Pop, Dance et French .. La catégorie House est par exemple exclusivement réservée pour une diffusion en soirée, mais ce classement nous permet aussi d'assurer un "bon mélange".
 
Enfin, nous avons choisi une sous-catégorie permettant de déterminer le tempo d'un titre: slow, mid-tempo, up-tempo, very fast. Cela nous permet de programmer un canevas avec une dominance de titres slow/mid-tempo en matinée par exemple.
 
Dans le cadre d'une webradio ultra-thématique, ces catégories peuvent évidemment être fortement simplifiées, ou au contraire, les styles peuvent êtres scindés de manière très précise. Une radio consacrée à la musique électronique peut avoir des catégories Drum'n'bass, Hardcore, Techno, Trance, Ambient, ou encore des divisions par période (années 80, 90, 2000 ...)
 
Nous voilà donc parti dans l'encodage des titres, une tâche relativement longue mais certainement plus divertissante que les tâches purement administratives. Pour chacune des oeuvres musicales, il faut y ajouter un certain nombre d'informations:
- informations Sabam, auteur/groupe, titre
- le choix des catégories et sous-catégories
- positionner le démarrage réel du titre, la durée de l'introduction et le fade-out du titre.
 
Certains me poseront la question de l'utilité d'une introduction dans le cadre d'une radio musicale. La raison est simplement de pouvoir y caler des "sweepers" et autoriser la diffusion de certains jingles sur l'introduction du titre. L'introduction est donc dans notre cas volontairement très courte (déterminée par un beat ou un instrument prédominant qui démarre, et non l'artiste qui se met à chanter).
 
Actuellement, 586 titres ont été sélectionnés, et 320 sont prêts à être diffusés.
 
 

11:48 Écrit par Tuner Team dans Technique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : jazler, radio |  Facebook |

Autorisation de la Sabam

sabam

La bonne nouvelle est arrivée à la veille du week-end: la Sabam a accordé son autorisation pour l'utilisation de son répertoire dans le cadre du projet. La bonne nouvelle est triple, puisque la Sabam a également fait preuve de flexibilité en adaptant son tarif à la durée du projet (un mois) et autorise le sponsoring. Il reste aujourd'hui à obtenir l'autorisation du CSA. Le dossier doit en effet être envoyé cette semaine par recommandé...

11:08 Écrit par Tuner Team dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sabam |  Facebook |

23/11/2006

Choix d'un logiciel de diffusion

jazler

L'objectif de la webradio étant d'offrir un minimum de cohérence dans sa programmation, nous avons décidé d'utiliser un logiciel de diffusion. Il en existe une multitude, du tout gratuit au progiciel haut de gamme (dans la gamme Netia par exemple, utilisé par de nombreuses radios nationales), en passant par des logiciels intermédiaires (Virtual Studio, DRS, etc). Dans le cas d'une webradio, un Winamp assisté de toute une série de plugins (gestion avancée de playlist, crossfading, etc) peut s'avérer suffisant. L'avantage indéniable est alors la gratuité du système.

Dans notre cas spécifique, le choix s'est porté sur un logiciel que je situerais entre la catégorie intermédiaire et bas de gamme: Jazler.

Quatre raisons principales nous ont dirigé vers ce logiciel:

- son faible coût, et surtout le fait que les associations non commerciales bénéficient d'une réduction de 68% sur le prix de vente (soit 220€ htva);

- sa facilité d'utilisation (dans notre cas, surtout pour l'importation d'une discothèque);

- il dispose des fonctionnalités que nous jugeons nécessaires et suffisantes;

- il est très ouvert (exemple: la base de données n'est pas vérouillée, ce qui permet d'imaginer des outils externes qui manipulent les données);

La notion de coût a évidemment une importance majeure dans le cadre d'une webradio de petite taille. Dans le cadre d'une radio temporaire, la facilité d'utilisation est également déterminante, dans la mesure où l'on doit éviter 2 mois de formation au produit. Les fonctionnalités sont minimalistes, mais son ouverture permet aux développeurs d'apporter de nouvelles fonctionnalités très ciblées. Nous l'exploiterons d'ailleurs pour développer un outil bien spécifique que j'aurai l'occasion de vous présenter très vite.

Le choix du logiciel de diffusion est donc décisif pour le programme que vous souhaitez proposer. Jazler est par exemple - mais c'est une opinion personnelle - peu adapté pour l'animation en direct, la gestion avancée de campagnes publicitaires et le voice-track évolué. A titre d'exemple, si le CSA impose de diffuser un identifiant sonore en début de page publicitaire, Jazler ne permet pas directement d'appliquer cette règle. Sauf pour un bidouilleur qui peut trouver quelques astuces ...

19:59 Écrit par Tuner Team dans Technique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : jazler, radio, logiciel |  Facebook |

20/11/2006

Déjà du son .. et un petit concours ;)



Voici un teasing audio de Top 2006. Je laisse aux connaisseurs le soin de deviner la voix off, et on en reparle ensuite ;)Celui qui aura trouvé aura la possiblité de choisir son titre de l'année 2006, qui sera alors le premier titre diffusé sur la webradio ...

08:44 Écrit par Tuner Team dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : son, mp3 |  Facebook |

17/11/2006

«Il n’y a point de règle sans exception»

puzzleA peine le projet établi et pourtant simplifié (de par sa courte durée de vie), nous voilà déjà dans l'exception. Si les décrets prévoient de nombreuses exceptions - par exemple, le fait de pouvoir déroger au quota de 4,5% de diffusion d'oeuvres de la Communauté Française - il y a toujours des cas insoupçonnés ou tout simplement oubliés.

Le CSA nous apprend effectivement ce jour qu'«à ce stade, le cadre légal ne prévoit pas de régime spécifique pour les services temporaires (sauf pour la diffusion terrestre).» Nous voilà déjà dans l'exception. Résultat: alors qu'une autorisation d'un mois de diffusion est suffisante dans notre cas, nous sommes partis - si tout se passe bien - pour être autorisé à diffuser la webradio durant 9 ans. Autant préciser qu'en 2015, une radio diffusant exclusivement des titres de l'année 2006 sera plutôt has been.

Mais cette exception (le fait d'être temporaire) n'est pas non plus prévue dans les règlements et procédures de la SABAM (Société de droits d'auteurs et interprètes). Celle-ci prévoit en effet un tarif annuel (un minimum de € 1.345,62 par an), année qui commence le 1er janvier pour se terminer le 31 décembre. De fait, lorsque vous diffusez un programme du 15 décembre 2006 au 15 janvier 2007, votre mois de diffusion pourrait vous coûter l'équivalent de 24 mois de diffusion. Mais nous ne doutons pas de la flexibilité de la Sabam, la communication ayant bien démarré.

Petite parenthèse: on ne peut également que se réjouir de la bonne communication et de la réactivité du CSA, qui semble toujours disponible et prêt à vous orienter dans la démarche. Ainsi, nous évoquions dans un précédent post les délais prévus relativement longs (jusqu'à trois mois) pour obtenir une autorisation en bonne et dûe forme. De quoi mettre en péril le projet. Il s'avère que pour être autorisé le 15 décembre, le CSA nous invite à boucler notre dossier pour la fin de ce mois.

Avant d'attaque le dossier Sabam, week-end oblige, on va pouvoir se détendre un peu et préparer un "teasing" audio qui vous sera proposé très vite!

23:55 Écrit par Tuner Team dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : csa, sabam |  Facebook |

16/11/2006

4,5% d'oeuvres musicales de la Communauté Française: 1 heure de Sttellla par jour ?

sttelllaLe quota de 30% de chansons francophones représente également plus de 7 heures quotidiennes. Mais avec les nombreux tubes de l'année interprétés par Cali, Aubert, Obispo, Nadiya, Voulzy, Diam's, etc, on n'a pas vraiment de soucis à se faire. D'autant plus que l'on compte bien enrichir la playlist avec des artistes qui ont fait briller la chanson française cette année: Anaïs, Camille, Bénabar, Ben Ricour, Clarika, Olivia Ruiz, ..

4,5%, c'est le quota d'oeuvres de la Communauté Française imposé par le CSA. Dans le cas présent, communautarisation oblige, on ne parle donc pas d'artistes belges, ni d'artistes francophones. Si Kate Ryan chante (parfois) en français, elle ne rentre donc pas dans le quota. Et Axelle Red ? J'ai un doute. Et lorsqu'on se limite aux titres édités en 2006, le nombre d'oeuvres musicales s'amenuise. Heureusement, nous avons notre Jean-Luc Fonck national (euh.. pardon, communautaire) pour sauver la situation.

En réfléchissant un peu plus loin, on se rappellera pourtant des prestations de Cré Tonnerre, Christophe Hénin, Vincent Venet, Lio, Eté 67, Ozark Henry, Jeronimo, Marka, Telex, Saule et les Pleureurs et Kamel par exemple. Et on ajoutera encore le groupe Quanta (ambassadrices RTL, mais n'est ce pas luxembourgeois ?) et la chanson du Good Morning Mike de Radio Contact (celle du grand Morning de Nostalgie, c'était en 2005 ...). Et finalement, si d'autres œuvres de compositeurs, artistes-interprètes, ou producteurs de la Communauté française vous ont frappés, n'hésitez pas à nous le dire !

Enfin, un petit détour s'impose sur le site de l'agence WBM - Wallonie Bruxelles Musique. Cette agence est chargée par la Communauté Française de promouvoir les artistes, producteurs et éditeurs de la Communauté Wallonie-Bruxelles.

15/11/2006

La loi de la jungle sur la bande FM .. mais pas sur internet

csaAvant de nous amuser, il y a certaines obligations à respecter...

La première d'entre elle consiste à obtenir une autorisation de diffusion auprès du CSA (Conseil Supérieur de l'Audiovisuel). Si le paysage de la FM n'est pas encore régulé à cause d'éternelles querelles communautaires, il n'en est effectivement pas de même pour les autres moyens de diffusion, à savoir le numérique par câble ou ADSL, satellite ... Si le décret ne spécifie pas explicitement l'internet comme canal de diffusion, le simple fait d'évoquer "d’autres moyens que la voie hertzienne analogique" oblige tout éditeur de services audiovisuels à appliquer les articles 33 et 58 à 61 du décret du 27 février 2003 sur la radiodiffusion.

Pour notre cas bien précis, la procédure complète se trouve ici:
http://www.csa.be/autorisations/radio_autre.asp

Nous voilà déjà confronté à un premier problème, puisque les délais sont relativement longs: "Dans le mois de la réception de la demande, le président du CSA notifie au demandeur la prise en compte de sa demande [...]". L'octroi de l'autorisation se fait ensuite "dans les trois mois à compter de la date d'envoi de la notification".

Notre priorité a donc été de compléter le formulaire de 15 pages. Notons que vous avez tout intérêt à avoir une idée claire et précise de la nature de votre projet, le collège du CSA prenant en compte des données aussi variées que la structure de la programmation, le traitement de l'information, le pourcentage de production propre et de promotion culturelle, ou encore la durée de la programmation musicale réservée aux œuvres de compositeurs, artistes-interprètes, ou producteurs de la Communauté française ! Quoiqu'il en soit, il s'agit d'un exercice utile permettant de détailler certains aspects de la webradio et d'en valider le bien-fondé.

Les plus importantes obligations à respecter dans notre cas précis:

- veiller à la promotion culturelle;
- 70% de production propre;
- diffuser en langue française (sauf dérogation);
- respecter un quota minimum de 30% de musique francophone (cela représente plus de 7 heures par jour);
- respecter un quota minimum de 4,5% d'oeuvres musicales de compositeurs, d'artistes-interprètes ou de producteurs de la Communauté Française (nous y reviendrons dans un prochain post);

16:37 Écrit par Tuner Team dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Dresser une esquisse: préciser l'idée et rassembler les informations

AA052665Créer une webradio est aujourd'hui à la portée de tout le monde. Qui veut partager ses passions musicales, ses dernières sessions de mix peut se trouver une petite place discrète au pays des shoutcasts ...

Mais soyons sérieux, créer une webradio qui dépasse l'audience de quelques personnes de son entourage est bien plus complexe. Il existe des lois à respecter, des droits d'auteur à honorer, des méthodes techniques plus évoluées qu'un simple enchaînement de fichiers mp3, une cible à déterminer et finalement des auditeurs à satisfaire.

L'idée, la voilà donc fixée: Top 2006 doit être une webradio dont l'aspect doit paraître irréprochable sur tous les points de vue. De par sa nature, et pour limiter l'opération dans le temps, elle sera diffusée pendant seulement 1 mois. La première étape consiste donc à rassembler toutes les informations. Sur le web, il existe d'excellents tutoriaux:

· Radioutil.com est simple et clair, mais se limite aux aspects techniques;
· Zebulon a le mérite d'aller un peu plus loin dans la démarche en rappellant certaines règles moins techniques, mais non valables en Belgique.

En Belgique, au-delà des aspects techniques et opérationnels, on s'intéressera donc avant tout aux règlements établis par la Sabam (Société Belge des Auteurs, Compositeurs et Editeurs), la SIMIM (Société de gestion des producteurs) et par notre CSA (Conseil Supérieur de l'Audiovisuel). Nous aurons évidemment l'occasion d'en détailler les procédures ...

Enfin, j'ajouterai que ce qui est présenté dans ce blog n'est pas exhaustif, et que des erreurs de parcours ne seront donc pas à exclure.

01:02 Écrit par Tuner Team dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : sabam, simim, csa |  Facebook |

Un site, une webradio, un blog ...

podcastDepuis 1999, Tuner.be relate au quotidien l'actualité des médias en Belgique francophone. Structurée autour d'une ASBL indépendante de tout media et de toute organisation, l'équipe actuelle est composée de passionnés d'audiovisuel et de deux journalistes indépendants. Avec jusqu'à 5000 visites par jour, Tuner.be est devenue une source d'information, mais surtout un lieu de rassemblement et de convivialité entre professionnels du secteur de l'audiovisuel en Communauté Française et auditeurs ou téléspectateurs passionnés.

Parmi les dernières évolutions, notons le CompaTV qui vous permet de comparer les offres de télévision disponibles en Belgique, et le podcast qui permet d'aller au-delà de l'information.

Derrière ce site, il y a des personnes comme moi, avec leurs états d'âme, leurs expériences, leurs préférences .. et des idées ! L'une d'entre elles devrait voir le jour le 15 décembre, soit dans 1 mois.


Nom du projet: Top 2006
Objet: webradio temporaire diffusée du 15 décembre 2006 au 15 janvier 2007. cette webradio ne diffuserait que des titres édités durant l'année 2006.

00:19 Écrit par Tuner Team dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : tuner be, podcast |  Facebook |